L’assainissement collectif
Titre


SaurN° usagers

Pour toutes vos demandes relatives à la facturation, à une demande de devis… : 02 56 56 20 00.
En cas d’urgence (débordements, bouchages…) : 02 56 56 20 09

Attention, si vous faîtes intervenir la SAUR sur l’emprise de votre terrain, sur la partie privée de votre installation, cette prestation vous sera facturée en plus (car ne concernant pas le réseau public).

Le réseau d’eaux usées n’est pas une poubelle !

Et pour cause…tout ce qui est versé dans le réseau termine sa course :

  • soit dans les champs (épandage des boues),
  • soit dans l’océan (rejet des eaux traitées).

Près de 50% des eaux collectées dans le réseau d’assainissement ne sont pas des eaux usées. Cela occasionne de lourdes charges du fait notamment des consommations électriques occasionnées (relevage des eaux usées), de l’usure plus rapide des matériels et équipements… Cela sature également en eau les unités de traitement, ce qui a pour conséquence une moins bonne performance d’épuration des eaux, aux dépens du milieu récepteur.

Les eaux issues de vos gouttières (toitures), de vos drains (terrain) et de vos pompes (vide-cave) ne doivent pas être dirigées vers le réseau d’assainissement. La SAUR réalise régulièrement des campagnes de contrôle (notamment par temps de pluie). Si jamais votre installation était source de ces eaux « intrusives », vous seriez mis en demeure de réaliser les travaux de modification, sous peine de majoration de votre facture (redevance assainissement).

Il revient donc, pour ne pas contaminer l’environnement, de ne pas verser dans le réseau les huiles de vidanges, restes de peintures, déchets solides, solvants, produits phytosanitaires, acide de batteries… Ces produits doivent être déposés en déchèterie pour les particuliers et faire l’objet d’une prise en charge spécifique pour les professionnels. Chaque usager est tenu de se conformer au règlement de service.

Les contrôles et démarches à réaliser

Certaines démarches sont à réaliser lors du dépôt d’un permis de construire, d’une demande de raccordement ou de la vente ou de l'achat d'un logement…
Lire la suite

Lors de la vente ou de l’achat d’un logement

Il est possible de faire réaliser un contrôle de branchement, afin de vérifier qu’aucun drain, aucune gouttière ou aucune pompe vide cave n’est raccordée sur le réseau d’assainissement.
Si l’acquéreur, pour anticiper d’éventuels frais de mise en conformité, souhaite faire procéder à ce contrôle, il doit s’adresser à la SAUR : 02 56 56 20 00.

Lors du dépôt d’un permis de construire ou d’une demande de raccordement



  • La demande préalable de branchement est obligatoire : vous devez vous adresser à la SAUR (02 56 56 20 00) qui établira un devis pour l’implantation d’un boitier de raccordement en limite de l’espace public (de 800 à 2000 € en moyenne selon l’éloignement du réseau public). Les frais de branchement sont à la charge du demandeur.
  • Les travaux sur l’espace public : seule la SAUR est habilitée à les réaliser. Ils seront réalisés selon les modalités fixées au devis signé par le demandeur.
  • Les travaux sur l’espace privé : vous devez faire appel à l’entreprise spécialisée de votre choix. Les prix sont assez variables puisqu’ils dépendent du linéaire à mettre en place entre l’habitation et le boitier de raccordement. Ces travaux sont naturellement à la charge du demandeur.
  • Le contrôle des travaux de branchement est également obligatoire : il doit impérativement être réalisé par la SAUR et pendant les travaux, lorsque la tranchée est encore ouverte. Vous devez, pour cela les contacter 10 jours avant l’achèvement des travaux, afin de planifier une visite de contrôle gratuite. À défaut, votre branchement serait classé comme non conforme et votre facture d’assainissement pourrait être majorée.
Fermer

Le financement du service d’eau

En tant que ressource issue du milieu naturel, l’eau ne coûte rien. Mais le service de l’eau a un coût…
Lire la suite

En tant que ressource issue du milieu naturel, l’eau ne coûte rien. Mais le service de l’eau a un coût. Il faut la rendre potable, la distribuer 24h/ 24, dépolluer les eaux usées, investir, mobiliser des experts.

La SAUR, exploitant / fermier du réseau et des installations de traitement des eaux usées, se rémunère directement sur l’usager au moyen de la part exploitant de la redevance (facturation semestrielle qui sont adressées à tout usager raccordé à l’assainissement collectif). Les sommes perçues servent à rémunérer le personnel de la SAUR, à couvrir les charges de fonctionnement et d’entretien des installations, mais aussi à supporter le coût de renouvellement des équipements.

Travaux de construction de la nouvelle STEP de Bruté La CCBI, propriétaire des installations de collecte, transfert et traitement des eaux usées, se rémunère également au travers de la facturation. La SAUR reverse la part collectivité de la redevance à la CCBI afin que soient menés les chantiers de renouvellement, réhabilitation, extension ou création d’installations d’assainissement collectif : réseaux de collecte, postes de relevage, stations d’épurations.

Travaux de construction de la nouvelle STEP de Bruté.

L’abonnement annuel s’élève à environ 135 € et le m3 consommé à 3 €.
Les tarifs de la part exploitant sont calés sur des évolutions annuelles d’indices encadrés par le marché régissant la délégation de service public.
Les tarifs de la part collectivité sont votés chaque année afin d’équilibrer le budget « Assainissement Collectif » de la CCBI. Ils dépendent donc fortement du niveau d’investissement voté par les élus.

Chaque année, la SAUR perçoit 850 000 € HT via la facturation et en reverse environ 450 000 € à la CCBI.
La CCBI finance également ses investissements en termes d’assainissement au travers une autre contribution qui concerne toutes les nouvelles surfaces raccordées (construction, extension, changement d’usage, raccordement). Le propriétaire de tout bâtiment nouvellement raccordé doit s’acquitter de cette Participation au financement de l’assainissement collectif (PFAC) au moment de son raccordement effectif au réseau. Le niveau de contribution varie en fonction de la surface de plancher et de son usage.
Par ailleurs, à chacune des opérations de travaux, la CCBI sollicite des subventions auprès des financeurs extérieurs que sont l’Agence de l’Eau Loire Bretagne et le Conseil général du Morbihan. Les opérations de travaux sont subventionnées à hauteur de 50 à 70% selon la nature de l’opération.
Tous les éléments relatifs au fonctionnement et au financement du service public d’assainissement collectif sont disponibles dans le rapport annuel.
Fermer

 

© CCBI - Mentions légales
Retour au haut de la page