L’agriculture en marche vers l’agro-environnement…
Titre

Dans le cadre d’un appel à projet régional et parce que le territoire insulaire est reconnu pour son fort intérêt écologique, la Communauté de Communes de Belle-Ile-en-Mer porte un Projet Agro-environnemental et Climatique (PAEC) depuis 2016. Ce projet permet aux exploitants agricoles qui le souhaitent, de contractualiser des Mesures Agro-Environnementales et Climatiques (MAEC) contribuant à maintenir la richesse écologique de l’île en contrepartie d’indemnisations. Les exploitants intéressés par la démarche peuvent prendre rendez-vous auprès de la CCBI pour obtenir un diagnostic individuel permettant d’identifier les enjeux écologiques présent sur leur parcellaire et les MAEC adaptées à l’exploitation.

Les MAEC ont pour vocation de promouvoir les pratiques agricoles extensives favorables à la biodiversité. Elles permettent d’accompagner financièrement les exploitations agricoles qui s’engagent dans le développement et le maintien de ces pratiques.

L’ensemble du projet est exposé dans le PAEC de Belle-Île. Le document évoque les enjeux et objectifs agro-environnementaux de Belle-Île dont découle la liste de MAEC proposée aux agriculteurs.

MoutonsAu-delà de ces MAEC, un projet intitulé « Favoriser le maintien du modèle agro-environnemental bellilois, en améliorer la connaissance et la valorisation économique » a été initié en partenariat avec le CPIE et le Conservatoire Botanique National de Brest. Au-delà de la simple mise en œuvre des mesures agro-environnementales, il apparaît essentiel de réfléchir à la question de la valorisation du terroir. Cette démarche est une suite logique à la démarche de qualité induite par l’engagement des agriculteurs dans des mesures agro-environnementales… L’ensemble de cette réflexion débouchant sur des actions concrètes, est l’une des clés du maintien de l’agriculture sur un territoire comme Belle-Île.

 

L’enjeu prairies permanentes

Une prairie permanente à Belle-ÎleAu-delà du site Natura 2000, les prairies permanentes de l’île sont d’une richesse écologique exceptionnelle. En effet, s’il est vrai que dans le reste de la Bretagne, les prairies permanentes sont devenues rares et menacées, probablement tout autant que les landes, à Belle-Île, elles sont encore nombreuses. Elles continuent ainsi à marquer fortement les paysages bellilois et représentent un élément identitaire majeur. Or ces prairies sont aujourd’hui menacées, soit du fait de l’abandon de l’entretien par fauche et/ou par pâturage, notamment dans les vallons et dans les secteurs éloignés des sièges d’exploitation, soit en raison de l’intensification des pratiques ou de la transformation de ces espaces. Pourtant, les prairies sont des milieux intéressants à maintenir à de nombreux titres : en tant que supports de biodiversité, éléments de régulation de la ressource en eau, ou en tant que formations végétales contribuant à la qualité des paysages. Leur présence et leur maintien est conditionné par l’agriculture

 

© CCBI - Mentions légales
Retour au haut de la page